Site officiel de Digny

logo du site
  • Site officiel de Digny
  • Site officiel de Digny
  • Site officiel de Digny

Accueil du site > Pages Annexes > Les hameaux

Les hameaux

Digny comptait en 1856, 414 maisons et 1267 habitants.

En 1999, Digny comptait 853 habitants.

Entre 1990 et 1999, la commune a gagné 39 habitants. Depuis 1975, la commune a gagné 71 habitants.

DIGNY

Digny du latin Dignetum, Digniacum. Autrefois, en 1233, Digneium. De nombreuses monnaies romaines ont été découvertes en 1844. Le village doit sa régularité actuelle à un incendie qui le consuma presque entièrement le 16 juin 1787. Quelques biens de la Seigneurie de Digny appartenaient aux Célestins de PARIS. Son église était autrefois un prieuré pourvu de dime riches et nombreuses, habité par les Génovelins.

L’ Eglise ST Germain, qui fut possession de l’abbaye de St Martin de Séez, est une construction de dimension moyenne, d’origine romane. Elle était, autrefois un prieuré habité par les religieux de la Congrégation des Génovéfins. Sur le contrefort sud est, subsistent les vestiges d’un cadran solaire gravé sur une pierre de taille.

En 1856, le bourg avait 94 maisons, 99 ménages et comptait 272 habitants.

AUMEAU Ferme avec 4 habitants. Lieu appelé Aunau en 1666.

AUMOY 31 maisons avec 80 habitants côté Digny et 9 maisons avec 18 habitants sur Jaudrais.

LA BARRE En 1856, il comptait 5 maisons et 14 habitants. Ce mot vient du celtique ou il désigne une barrière, une clôture et par extension une enceinte formée par des barreaux, des pieux.

BEAUVILLIERS Maison isolée. Simon Jouvet de beauvilliers y vécu en 1671.

BELLANDAS 18 maisons et 44 habitants. Appelé Belland en 1583 et Bellandart en 1784.

BELLEZAIZE ( à côté du Plessis, route de Menainville) Ferme. Le sieur de Bellaizaize vivait en 1690.

BOIS RIDON 22 maisons avec 59 habitants. Lieu cité en 1636.

BREHERVILLE 6 maisons avec 20 habitants. Le lieu seigneurial et manoir de Bréherville est mentionné en 1603.

LES BRUYERES 1 maison et 6 habitants. Maison isolée Doit son nom aux bruyères (champ inculte, couvert d’épines et de buissons) qui étaient en très grand nombre dans la contrée au 18 ème siècle.

LE BUISSON ELOUIS 22 maisons et 66 habitants.

LA BUTTE MARION Auberge isolée avec 3 habitants.

LES CHAISES 5 maisons et 19 habitants

LE CHARMOI GONTIER 23 maisons et 78 habitants en 1856. Qualifié de village en 1608. Ancienne paroisse qui a été réunie à celle de Digny en 1790. Elle dépendait de l’éléction de Chartres et de la généralité d’Orléans, tandis que Digny dépendait de la généralité d’Alençon.

CORBOU 2 Fermes avec 5 habitants

LA COUR D’AUMOY 1 maison et 3 habitants. Une partie de ce hameau s’étend sur Jaudrais. Cour vient de curia, chors, chortis employé avec la signification de basse cour d’une métairie. Du génitif chortis est venu le mot barbare curtis dont nous avons fait court et cour.

L’ERABLE 4 maisons et 14 habitants. On trouve Simon de l’Erable en 1313.

LES FARINELLES 5 maisons et 17 habitants

LA FERME DU CHATEAU 1 Ferme et 4 habitants

LA FOLIE Ferme avec 4 habitants, lieu mentionné en 1616.

FOUVILLE 1 maison et 3 habitants. Dépend en partie de Pontgouin. L a seigneurie de Fouville est citée en 1552.

LES FRETIS 1 maison et 6 habitants. Fresceium = friche, terre inculte au Moyen Age. Dépend en partie de Pontgouin.

LA FRETTE 1 maison et 3 habitants. Ancienne seigneurie (1552).

LES FRICHES Ferme avec 6 habitants. Elle dépend du domaine de la Hallière. Ancienne seignerie (1401). Louis XI la donna (1481) au Chapitre de St Martin de Tours qui la possedait encore en 1783. A cette époque, il y avait dans la paroisse de Digny 49 arpents de terre inculte, dont 28 en une pièce de bruyères et landes, qui dépendaient de la ferme des Friches, d’ou lui est venu son nom.

LA GATINE 9 maisons et 31 habitants. Autrefois orthographié Gastine. Au Moyen Age, on disait que les terres étaient en gast ou gastine pour signifier qu’elles n’étaient pas cultivées. Qualifié de village en 1668.

LA GAVILLERIE 3 maisons et 9 habitants. Anciennement Gauville ; fief seigneuriel.

LA GRAND GRASSE VACHE 11 maisons et 39 habitants. La ferme de Grasvache est mentionné en 1778.

LE GRAND MORIN 10 maisons et 27 habitants. Dans un acte de 1614, on trouve 60 perches de terre au champtier du Morin.

GROUASLEUX Ferme avec 9 habitants.

LE GUE 2 maisons et 6 habitants. Autrefois, les Gués.

LA HALLIERE Château de M. du Tillet avec 5 habitants. Ancienne seigneurie. AU XV eme siècle, Louis IX donna la seigneurie de la Hallière au chapitre de St Martin de Tours qui la posséda jusqu’en 1783. A l’origine, c’était un manoir qui fut remplacé vers 1774 par le château construit suivant les plans de l’architecte Moreau pour M. de Balincourt. Celui ci, complètement ruiné, le vend avec tout son mobilier à la famille du propriétaire actuel en 1794.

LES HAUTS CORNETS 2 maisons et 12 habitants.

LES HENAUDIERES Maisons isolées qui ont été détruites.

LES HUTTEREAUX Ferme avec 5 habitants.

LA LETHIVIERE 5 maisons et 24 habitants. Lieu mentionné en 1674.

MENAINVILLE 3 maisons et 15 habitants. Ancienne seigneurie (1552).

LES MESANGERES Ferme avec 9 habitants. Lieu mentionné en 1611.

MILLE – CHAMPS 26 maisons et 61 habitants. L’orthographe du nom de ce hameau a évolué au fil des siècles : Le fief de Damileschamps en 1277 My les Champs en 1585 La Salle à mi les Champs en 1623 Salmy les Champs en 1780 Et Mille Champs en 1788.

MONT – JOIE Auberge avec 7 habitants.

MOULIN A VENT Moulin et ferme avec 3 habitants. Une sentence de 1345 mentionne le moulin à vent de Digny.

LA MOUSSE 15 maisons et 41 habitants.

LES PATIS Ferme avec 2 habitants. En 1597, M. Delamarre, vicaire de Digny, fit don à la charité de Digny, d’un demi arpent de terre prés des Patis.

LE PAVILLON Maison isolée avec 3 habitants.

LA PELLETIERE 7 maisons et 26 habitants.

LES PERRUCHES 4 maisons et 13 habitants.

LE PETIT GRASSE VACHE 4 maisons et 16 habitants.

LE PETIT MORIN1 maison avec 1 habitant.

LES PLAIDS 2 maisons et 16 habitants. Charles de Plais, écurier, seigneur de Boislandry ( 1562).

LE PLESSIS 19 maisons et 54 habitants. Seigneurie mentionnée en 1552. Plessiacum = lieu entouré de peiux et de branches entrelacées et également maison rustique, domaine avec un parc. César fait de ses haies une description exacte dans un passage de ses commentaires : sa cavalerie s’obligeait à suivre le chemin sans pouvoir s’en écarter parce qu’elle trouva toutes les propriétés encloses de haies vives, épaisses et plessées (formées de branches qu’on avait pliées et entrelacées dés leur naissance). Les noms des lieux qui en dérivent : la Plesse et le Plessis sont communs en France. Ils s’appliquent le plus souvent à des vieux châteaux, à d’anciens fiefs, à des fermes autour desquelles on voit encore des fossés, à des endroits anciennement fortifiés.

LA RICHARDIERE 4 maisons et 13 habitants. Qualifié de village en 1663.

LA ROMPHAYE Ferme avec 8 habitants. Ancienne seigneurie appelée Romphais en 1552 et le Ronfay en 1784. C’est une construction entourée de bâtiments d’exploitation et close de murs entourés de douves. Il n’y a plus de traces du pont levis mais on distingue toujours l’imposant colombier. LE Romphaye était le berceau d’une famille illustre et très ancienne : les Tascher de la Pagerie. MARIE Josèphe Rose, plus connue sous le nom de JOS2PHINE DE Beauharnais devint l’impératrice des Français lorsqu’en 1796, elle épousa Bonaparte.Ses ascendants sont venus se fixer dans la région au XV eme siècle et se sont partagé le domaine.

LA ST FRAIZE 7 maisons et 25 habitants.

LE TARTRE 4 maisons et 10 habitants. Un testament de 1627 cite le village du Tartre en la paroisse de Digny. Qualifié de village en 1675. Ce mot est dérivé, par corruption de langage, de tertre – tertrum, colline, lieu plus élevé que les terrains environnants.

LA TOUCHE 1 maison et 3 habitants. La Touche est un plant d’arbres, bois, petite fôret.

LE TRONCHAY CORDEL 21 maisons et 67 habitants. Trunchetum. Ancienne seigneurie nommée le Tronchay Cordelle en 1552, le Tronché Cordel en 1784. Tronchay provient de Tronca (tronc d’arbre) d’ou l’on appelait Tronchetus, un billot, in siège de bois.

LA TUILERIE 1 maison avec 2 habitants. Four à tuiles. Le terroir du Four à Chaux est mentionné en 1622.

LA VIOLETTEMaison isolée avec 2 habitants.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF